Vous est-il déjà arrivé, à votre réveil, de trouver un léger voile sur vos fenêtres, de l’essuyer du bout des doigts et de voir de minuscules gouttelettes apparaître puis couler le long de la vitre? Il s’agit de condensation. Dans cet article, nous verrons les causes de ce phénomène, les moyens de l’éviter et les solutions s’il se manifeste déjà dans votre maison.

Qu’est-ce que la condensation?

Quand de l’air chaud et humide entre en contact avec une surface froide, de la condensation se forme. L’eau présente dans l’air passe de l’état gazeux (vapeur) à celui de gouttelettes. On voit souvent de la condensation sur les fenêtres, les miroirs, les lunettes, les bocaux et les bouteilles.

Bien qu’il s’agisse d’un phénomène naturel et inoffensif, son apparition sur vos fenêtres n’est pas à prendre à la légère. Plus qu’un problème esthétique (vous ne voyez plus au travers vos belles fenêtres!), ce peut être un signe d’humidité excessive dans l’air. Or, si on ne fait rien, des niveaux élevés d’humidité peuvent entraîner de la moisissure, des champignons et même la dégradation des matériaux de construction. C’est pourquoi il est important de décoder ce que des fenêtres embuées vous disent à propos de votre espace.

Quelle est la cause de la condensation sur les fenêtres?

Ce phénomène se produit lorsque l’air d’un côté de la fenêtre devient plus chaud ou plus humide que celui de l’autre côté. C’est surtout en hiver qu’on le remarque, surtout dans les pièces où l’humidité circule beaucoup comme la cuisine et la salle de bain.

Voici les trois types de condensation que vous trouverez sur les fenêtres :

Condensation intérieure

La condensation intérieure se produit le plus souvent en hiver, quand la température extérieure est inférieure à la température intérieure.

 Pour vérifier s’il y a de la condensation intérieure, il suffit d’utiliser votre doigt! Si vous essuyez de la buée, c’est que la condensation est causée par l’humidité à l’intérieur de la pièce. De plus, si plusieurs fenêtres sont embuées, il est peu probable que les joints d’étanchéité soient en cause. Dans ce cas, le coupable est sans doute l’humidité ambiante.

Condensation extérieure

La condensation extérieure se produit habituellement en été, car il arrive alors que l’air ambiant soit plus frais et plus sec que l’air extérieur. Nous voyons souvent ce type de condensation au petit matin, quand une nuit fraîche cède la place à une journée chaude.

Condensation entre les vitres

Ce type de condensation se forme lorsque l’air chaud et l’air frais se rencontrent entre les vitres de la fenêtre. C’est le signe d’un problème de fabrication. En effet, la présence d’humidité dans cette zone signifie que le joint s’est fissuré, exposant l’air chaud à l’air frais. Pour régler ce problème, il faudra refaire le joint d’étanchéité ou remplacer la fenêtre.

Par ailleurs, différents facteurs peuvent contribuer à l’augmentation de l’humidité dans la maison, cause des fenêtres embuées :

  • Comme le gaz et le propane libèrent beaucoup d’humidité pendant la combustion, l’utilisation fréquente d’un foyer peut accroître le niveau d’humidité à l’intérieur.
  • Les nouveaux matériaux de construction, comme le béton et le bois, peuvent prendre jusqu’à un an pour sécher complètement. Il faut donc s’attendre à l’apparition de condensation pendant la première saison de chauffage.
  • Les fenêtres arquées ou en baie risquent plus d’embuer que les autres modèles de fenêtre parce qu’elles ressortent du mur isolé; la formation d’un pont thermique est donc plus probable.
  • Les rideaux thermiques et les stores à lattes rapprochées peuvent entraver la circulation de l’air près du vitrage.

Si vous n’arrivez pas à mettre le doigt sur la cause, informez-vous des problèmes d’humidité répandus dans votre région auprès d’un inspecteur en bâtiment. Vous pouvez aussi demander à un inspecteur bien au fait des problèmes de condensation de venir poser un diagnostic. Choisir rapidement le bon spécialiste peut s’avérer un investissement judicieux puisque vous éviterez des dommages à long terme.

J’ai de nouvelles fenêtres et il y a encore plus de condensation qu’avant! Qu’est-ce qui se passe?

Lorsqu’elles sont bien installées, les nouvelles fenêtres créent une barrière plus efficace aux échanges d’air entre la maison et l’extérieur. Par conséquent, la différence entre la température de l’air intérieur et extérieur est plus prononcée. Selon le niveau d’humidité, il peut en résulter une plus grande condensation sur les fenêtres récentes. Cela s’explique par un meilleur rendement énergétique parce que la vitre extérieure est isolée de la chaleur générée à l’intérieur.

Quels sont les risques associés à la condensation sur les fenêtres?

Comme nous l’avons vu, la condensation sur les fenêtres découle des écarts de température normaux entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. La condensation n’est pas nocive; c’est le résultat naturel, et non la cause, de l’humidité dans l’air.

Toutefois, la condensation devient alarmante lorsqu’elle s’accumule et que l’eau s’infiltre dans le cadre de la fenêtre, les tissus environnants (par exemple, l’habillage de la fenêtre, un tapis ou de la moquette), le revêtement de sol ou la cloison sèche.

 Avec le temps, un excès d’humidité dans ces zones endommage la peinture (bulles, fissures, écaillage) et détériore les matériaux de construction.

De plus, les niveaux élevés d’humidité qui causent la condensation peuvent également créer un environnement propice à la prolifération de bactéries et de moisissures. Ces problèmes posent des risques pour la santé, notamment :

  • Irritation de la gorge, des yeux et du nez
  • Toux et accumulation de mucus
  • Essoufflement
  • Respiration sifflante
  • Aggravation d’une affection respiratoire existante (asthme, emphysème, etc.)

Il est donc très important de réduire le plus possible les possibilités de condensation.

Comment prévenir la condensation sur les fenêtres?

Comment corriger la condensation sur les fenêtres avant qu’elle ne devienne un problème? En fait, il faut tout d’abord prévenir les différents types de condensation.

La principale façon de prévenir la condensation intérieure est de réduire les sources d’humidité excessive. Procédons pièce par pièce.

Salle de bain

  • Prenez soin de bien aérer la salle de bain, surtout après avoir pris une douche ou un bain.
  • Pour libérer la vapeur, faites installer un ventilateur qui évacue l’air à l’extérieur. Activez-le pendant le bain et, après, laissez-le en marche pendant 15 à 20 minutes.
  • Ne laissez pas de serviettes humides dans la salle de bain
  • Prenez l’habitude de racler les parois de la douche après utilisation pour que l’eau s’écoule au lieu de s’évaporer.
  • Assurez-vous que tous les tuyaux sont bien scellés.

Cuisine

  • Couvrez les casseroles, les poêlons et les bouilloires pendant la cuisson pour limiter les rejets de vapeur dans l’air.
  • Allumez la hotte pendant la cuisson puis laissez-la en marche pendant 15 à 20 minutes.
  • Déplacez le mobilier qui pourrait bloquer la circulation d’air.
  • Assurez-vous que tous les tuyaux sont bien scellés.

Salle de lavage

  • À moins que la zone soit très bien aérée, évitez de suspendre les vêtements parce qu’ils libéreront beaucoup d’humidité en séchant.
  • Vérifiez que tous les conduits des évents extérieurs de la sécheuse sont étanches.
  • Assurez-vous que tous les tuyaux sont bien scellés.

Sous-sol ou vide sanitaire

  • Faites attention à la façon et à l’endroit où vous installez l’isolant en fibre de bois ou en fibre de verre; assurez-vous qu’il ne sera pas exposé de façon prolongée à l’humidité ou en contact avec des surfaces humides.
  • Installez un pare-vapeur au bas et à l’extérieur du béton, mais pas sur la face intérieure pour éviter de retenir l’humidité.
  • Surveillez l’humidité et améliorez l’aération.
  • Consultez nos billets de blogue sur l’imperméabilisation des fondations et l’assainissement d’un vide sanitaire.

Dans chaque pièce...

Vérifiez si le joint des fenêtres présente des fissures ou des déchirures qui pourraient laisser entrer de l’air et contribuer à la condensation.

Étudiez votre aménagement pour voir si des meubles bloqueraient les bouches d’air ou nuiraient à la libre circulation de l’air dans la maison.

Jetez les objets superflus qui absorbent l’humidité comme les boîtes en carton, les vieux vêtements et le bois de chauffage.

Examinez attentivement vos plantes d’intérieur; certaines contribuent à l’humidité de l’espace. Les plantes libèrent de l’humidité dans l’air au fur et à mesure qu’elles poussent, alors éloignez-les des rebords de fenêtre pendant la saison froide.

Inspectez votre système de ventilation pour déceler des fuites ou des obstructions, comme des bouches d’air fermées. Gardez les bouches d’air ouvertes, les filtres propres et les conduits scellés pour assurer une ventilation fluide et optimale dans chaque pièce.

Vérifiez tous les éléments de plomberie (y compris les tuyaux, les gouttières, les descentes de gouttière, les revêtements de toiture et les écrans pare-pluie) pour déceler les fuites possibles qui pourraient causer l’accumulation d’humidité dans vos murs.

Assurez-vous d’isoler et de chauffer votre maison uniformément pour prévenir les zones froides qui favoriseront la formation de condensation. Ce dernier point étant particulièrement important pendant la saison froide, nous vous conseillons de jeter un œil à notre billet Améliorer l’isolation de votre maison avant l’hiver.

Mettre fin aux fenêtres embuées

Si la condensation pose déjà problème chez vous, alors jasons solutions! La clé est de repérer le problème le plus tôt possible et d’en trouver la cause exacte.

La première étape consiste à déterminer d’où provient la condensation.

Pour éviter la condensation extérieure, vous pouvez laisser les rideaux ouverts ou augmenter le réglage de température de votre climatiseur pour réchauffer les vitres extérieures et réduire le pontage thermique.

Si vous avez des arbustes près des fenêtres ou des portes, vous pouvez également les tailler pour favoriser la circulation de l’air.

Si la condensation se forme à l’intérieur de votre maison, commencez par mesurer l’humidité de la pièce à l’aide d’un hygromètre comme l’Humidiguide ou le thermomètre hygromètre d’AccuTemp.

En mesurant l’humidité dans chaque pièce, vous devriez être capable de savoir d’où provient l’humidité.

Choisir le bon hygromètre

Inventé il y a des siècles, l’hygromètre mesure les variations dans un matériau selon sa teneur en humidité. Il indique l’humidité relative dans l’air (%), soit la quantité de vapeur contenue dans l’air par rapport à la quantité la plus élevée possible.

De nos jours, les modèles les plus courants sont mécaniques ou électriques (et relativement peu coûteux!). On peut facilement s’en procurer dans la plupart des quincailleries, magasins à rayons et centres de rénovation.

Il faut cependant tenir compte de quelques paramètres pour choisir le bon hygromètre.

Lecture de la température

Comme mentionné plus haut, la température influe grandement sur l’humidité, car l’air chaud retient plus d’humidité que l’air froid. Un hygromètre avec thermomètre intégré peut être utile : il permettra de surveiller les deux valeurs en même temps et d’observer si les changements de température contribuent à la formation de condensation sur les fenêtres.

Modèles numériques et analogiques

Opter pour un modèle numérique ou analogique est avant tout un choix esthétique, mais qui dépend aussi d’une variété de facteurs comme le fait de vouloir surveiller plusieurs pièces à la fois ou de pouvoir lire l’affichage facilement de loin.

De nombreux hygromètres numériques sont maintenant compatibles avec les téléphones intelligents (avec capteurs d’humidité intégrés) ou dotés d’une connectivité USB ou sans fil (avec capteurs autonomes). Vous pouvez recevoir des alertes, des mises à jour et des lectures de l’humidité même à l’extérieur de la maison.

Des facteurs comme la source d’alimentation, l’entretien, l’interface utilisateur, l’enregistrement des données et l’accès aux données archivées sont également importants et à prendre en considération.

Toutefois, pour la plupart des propriétaires, un simple hygromètre à piles qui prend des relevés ponctuels suffira.

Le taux d’humidité parfait

Selon Santé Canada , le taux d’humidité optimal dans la maison devrait être supérieur

à 30 % en hiver et égal ou inférieur à 55 % en été (idéalement, il devrait se situer entre ces pourcentages en tout temps).

Exactitude de l’hygromètre (test de la serviette)

Vous doutez que votre hygromètre fonctionne correctement? Un simple test permet de le vérifier.

Mouillez complètement une serviette (elle ne doit pas dégoutter, mais être bien détrempée), puis enveloppez l’hygromètre dans la serviette de 30 à 45 minutes. Enlevez la serviette et notez rapidement la lecture de l’humidité. Si votre hygromètre est parfaitement calibré, il vous donnera une lecture de 100 %. Dans la majorité des cas, le résultat se situera plutôt entre 80 et 90 % (de nombreux hygromètres ont une marge d’erreur de 5 %).

Peu importe le résultat, vous pouvez soit placer l’aiguille à 100 % immédiatement après le test, soit noter la différence entre le taux d’humidité réel et la lecture obtenue.

L’utilisation d’un hygromètre vous aidera à déterminer exactement comment contrôler l’humidité relative dans votre maison. Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous recommandons la publication du gouvernement du Canada expliquant comment mesurer l’humidité dans votre maison.

Autres solutions pour arrêter l’apparition de condensation

Une fois que vous avez déterminé la source de la condensation intérieure, la solution consiste à réduire l’humidité globale dans votre maison. Si vous n’obtenez pas un niveau d’humidité optimal en utilisant certaines des mesures énumérées dans la section « Comment prévenir la condensation sur les fenêtres? », vous pouvez envisager les options ci-dessous.

Acheter un déshumidificateur

Les déshumidificateurs régulent l’humidité en retirant l’humidité de l’air. Un ventilateur aspire l’air humide dans l’appareil et l’achemine dans les serpentins de refroidissement, qui utilisent la condensation pour absorber l’humidité de l’air. Le système de récupération de chaleur du déshumidificateur renvoie ensuite l’air chaud et sec dans la pièce. L’eau est recueillie au moyen d’un tuyau ou d’un réservoir amovible; le tuyau évacue l’eau automatiquement, mais l’on doit vider manuellement le réservoir.

Mesurez les dimensions de la pièce pour savoir de quel déshumidificateur vous aurez besoin. À l’aide d’un ruban à mesurer, prenez la longueur et la largeur de la pièce puis multipliez les deux mesures pour obtenir la superficie.

La capacité recherchée dépend de deux facteurs : la grandeur de l’espace à déshumidifier et les conditions qui y existent.

La capacité nominale est établie en fonction de la quantité d’humidité éliminée en 24 heures. Ainsi, un déshumidificateur de 10 à 15 litres permet d’éliminer de 10 à 15 litres d’humidité en une journée.

 Si la capacité du déshumidificateur n’est pas exprimée en unités métriques, rappelez-vous que deux pintes valent environ un litre.

Selon Ressources naturelles Canada, une petite pièce mesure environ 185 m2 et une grande pièce fait plus de 185 m2.

Dans des conditions légèrement à modérément humides (humidité relative de 50 à 75 %), on recommande un déshumidificateur d’une capacité de 10 à 15 litres pour une petite pièce et d’au moins 15 litres pour une grande pièce.

Si une pièce est très humide (humidité relative de 75 à 90 %), on recommande une capacité de 11 à 20 litres pour une petite pièce et d’au moins 20 litres pour une grande pièce.

Enfin, si une pièce est extrêmement humide (humidité relative de 90 à 100 %), on privilégiera un déshumidificateur de 15 à 25 litres pour une petite pièce et de 25 litres ou plus pour une grande pièce.

N’oubliez pas d’acheter un modèle ayant le facteur énergétique intégré (FEI) le plus élevé possible; il offrira une efficacité optimale et ne fera pas grimper votre facture d’électricité.

Installer des ventilateurs pour améliorer la circulation d’air

Pour favoriser la ventilation, installez des ventilateurs aux plafonds, une hotte de cuisinière et un ventilateur de salle de bain, ou des ventilateurs sur pied dans toute la maison. De cette façon, vous ferez baisser l’humidité relative et la probabilité de condensation diminuera. Pour en savoir plus sur l’importance des ventilateurs de salle de bain et des hottes de cuisinière, cliquez ici.

Acheter un produit absorbant l’humidité

Aussi appelés agents dessiccatifs, ces produits sont conçus pour éliminer l’humidité de l’air en utilisant des substances chimiques plutôt que la condensation. Ils sont plus silencieux et conviennent aux endroits difficiles d’accès Toutefois, ils absorbent beaucoup moins d’eau, génèrent plus de déchets et sont moins économiques que les autres types de déshumidificateurs.

En conclusion, la condensation sur les fenêtres n’est pas seulement agaçante, elle peut aussi être le signe d’un problème au niveau des fenêtres ou du taux d’humidité.

 Si vous restez à l’affût, vos fenêtres devraient rester dégagées pendant de nombreuses autres saisons

Source: Centris blogue immobilier

Par Karine Bélanger

Laissez-nous un commentaire