Par Karine Bélanger
Informations utiles

Ça y est, vous avez enfin déniché une maison à la campagne où vivre en toute quiétude. Le seul hic : vous n’avez pas accès aux services d’eau et d’égout de la municipalité. En revanche, la propriété de vos rêves est équipée d’un puits artésien et d’une fosse septique. En parcourant cet article, vous découvrirez l’importance de faire inspecter la fosse septique avant d’acheter une habitation, ainsi qu’un ensemble de points à vérifier. De cette façon, vous serez à même de constater vos responsabilités par rapport à cette particularité.

À quoi servent le puits artésien et la fosse septique?

Le puits artésien permet d’obtenir de l’eau potable en la puisant profondément dans le sol. Ainsi, deux données fondamentales doivent être évaluées : la qualité de l’eau et une pression suffisante pour combler les besoins des occupants. Pour vous protéger, n’hésitez pas à consulter un inspecteur détenant une certification en captage et réseau élémentaires d’eau potable (OCaRE) qui pourra faire les analyses nécessaires et s’assurer que celle-ci n’est pas contaminée[1] .

La fosse septique, quant à elle, sert à recevoir les eaux usées et les déchets organiques. Ces derniers sont décomposés à l’aide d’une pompe, puis les eaux usées sont redirigées vers un champ d’épuration pour autre traitement. Elles se retrouvent ensuite dans un récepteur caché dans le sol.

Bon à savoir : le nombre de chambres à coucher et d’occupants détermine le volume minimal du réservoir de la fosse septique[2] . Il se peut donc que celui-ci soit adapté aux besoins des anciens propriétaires, mais pas à ceux de votre famille.

5 points à vérifier lors de l’inspection d’une fosse septique

Le gouvernement du Québec exige que chaque propriétaire fasse vidanger sa fosse septique tous les deux à cinq ans[3] ; cette recommandation peut toutefois varier en fonction de votre emplacement géographique. Voici cinq autres éléments à surveiller pour y voir plus clair :

1. L’âge de l’installation septique

Lorsqu’elle est bien entretenue, une fosse septique a une durée de vie moyenne d’environ 25 ans[4] . Au moment venu, son remplacement pourrait vous coûter entre 10 000 $ et 30 000 $. Mieux vaut donc connaître l’année de l’installation pour bien planifier votre budget.

2. Le type de sol

Certains types de sols offrent un excellent traitement des eaux usées, mais ce n’est pas le cas de tous. Pour cette raison, il est recommandé d’effectuer une analyse avant son installation, de même qu’un test de percolation[5] .

3. Les problèmes d’odeurs

Une mauvaise odeur vous assaille lors de votre visite? Questionnez rapidement le propriétaire à ce sujet afin d’en connaître la provenance. En cas de doute, demandez à ce qu’un test de qualité de l’eau soit effectué pour vous protéger des microbes pathogènes, par exemple.

4. Les débordements ou les refoulements d’eaux usées

Les bactéries de la fosse septique et du sol récepteur aident à décomposer les déchets organiques et à traiter les eaux usées avant qu’elles atteignent les eaux souterraines. Toutefois, si le champ d’épuration est saturé, il pourrait être inondé, rediriger les eaux à la surface de la terre ou entraîner un refoulement dans le système et la maison. Pour éviter de mauvaises surprises, il est donc recommandé d’en effectuer périodiquement la vidange.

5. Le registre d’entretien

Lors de l’inspection de votre future propriété, demandez à consulter le registre d’entretien de la fosse septique. Idéalement, celui-ci devrait inclure l’historique de pompage, l’emplacement du champ d’épuration et tout problème rencontré par le passé[6] . Cela vous aidera à connaître l’état véritable du système.

Somme toute, n’hésitez pas à demander l’avis d’un inspecteur en bâtiment qualifié qui pourra effectuer les vérifications nécessaires. Renseignez-vous également sur les produits ménagers à privilégier afin de maximiser l’efficacité de votre installation.

Autres articles pouvant vous intéresser
Votre maison face à la météo
Informations utiles
Votre maison face à la météo
24 février 2024

Nos maisons doivent affronter des écarts de température importants qui frisent les 50 degrés en plus de tolérer une foule d’intempéries. Aurions-nous intérêt à poser des questions sur la résistance aux conditions climatiques d’une maison au moment de l’achat? Comment votre maison est-elle protégée des intempéries? La construction résidentielle doit respecter plusieurs normes. Côté efficacité

Comment affronter la hausse des taux hypothécaires
Informations utiles
Comment affronter la hausse des taux hypothécaires
14 février 2024

Depuis plusieurs mois, la hausse des taux d’intérêt et hypothécaire a changé la réalité budgétaire des familles. En prime, au Québec et ailleurs, nous ne sommes pas à l’abri d’une prochaine hausse. Cette possibilité vous empêche de dormir? Vous craignez de ne pas réussir à garder la tête hors de l’eau advenant une nouvelle hausse?

Phare sur 6 vices cachés qui peuvent vous surprendre
Informations utiles
Phare sur 6 vices cachés qui peuvent vous surprendre
10 février 2024

Tout bon courtier immobilier vous le dira : les inspections, c’est primordial ! Malgré tout, les acheteurs peuvent être confrontés à des vices cachés les années suivant leur achat immobilier. Les vices cachés sont des éléments qui n’ont pas été indiqués dans la Déclaration du vendeur et qui apportent des conséquences négatives chez l’acheteur. Quelles sont

Laissez-nous un commentaire